- EUROVEGAS – 20.000 emplois directs à Madrid : faut il se réjouir ?

Posté par admin le 30 septembre 2012

.
Reprise à but informatif:
.

EUROVEGAS – 20.000 emplois directs à Madrid : faut il se réjouir ?

ÉCRIT PAR ESPAGNE

Après de longs mois de suspens, la décision est finalement tombée ce week-end : au détriment de Barcelone, Las Vegas Sands (LVS) a choisi la communauté de Madrid, pour l’établissement de son mini Las Vegas européen. Un mega projet qui sur le papier devrait générer plusieurs centaines de milliers d’emplois indirects et soulever jusqu’à 17 milliards d’euros d’investissement. Détail de la polémique concernant les conditions de l’implantation du projet et des exonérations obtenues par l’investisseur américain

eurovegas madrid lepetitjournal.com(Manifestation contre l’implantation d’Eurovegas, samedi à Madrid / Photo lepetitjournal.com)

C’est un projet qui, en pleine crise, en a fait rêver plus d’un. Qui a généré une course à la surenchère, entre régions espagnoles, pour proposer les meilleures conditions d’accueil au désormais célèbre Sheldon Adelson. Eurovegas, qu’est ce que c’est ? Un énorme parc thématique de près de 1000 hectares, comprenant 36.000 chambres d’hôtel, des casinos, des théâtres, des terrains de golf, des salles de spectacle et des centres commerciaux… Las Vegas Sands prévoit d’ici 2025 plus de 260.000 emplois indirects (dont 15 à 20.000 liés au fonctionnement de l’entreprise en soi et près de 100.000 liés à la seule construction des installations), 11 millions de touristes et 30 milliards d’euros de retombées pour l’Espagne. Mais les chiffres auront souvent changé entre 2011 et 2012 et nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le sérieux des estimations avancées par LVS. Alcorcón (sud-ouest), Paracuellos de Jarama-Torrejón (nord-est) et Valdecarros (sud-est) sont désormais les trois localités en compétition sur la communauté pour accueillir le complexe touristique. Alcorcón serait favorite.

Qui supportera l’investissement ?
Jouant sur la concurrence entre communautés, LVS a maintenu pendant plusieurs mois des négociations avec les différents responsables régionaux, à partir d’une liste d’exigences établie par l’entreprise. Très rapidemment, la plateforme EUROVEGAS NO a dénoncé l’opacité avec laquelle ont été menées lesdites négociations et qui ont généré un certain malaise au sein de la population. 
Les sceptiques s’interrogent sur plusieurs aspects du projet, à commencer par le montant de l’investissement qui sera pris en charge par l’Etat espagnol. L’entreprise américaine a fait savoir qu’elle était disposée à mettre entre 25% et 35% du montant global des investissements de sa poche. Charge aux banques nationales et à l’Etat de compléter. 
Or au terme des 6 premières années du projet, l’investisseur américain jugera de l’intérêt ou non de continuer -ou donc d’abandonner- la partie. A moins de 20% de retour sur intérêt, LVS sortirait du jeu, laissant sur les bras espagnols les investissements menés à bien, notamment en termes d’infrastructures. On craint fortement qu’à ce jeu de hasard, l’Etat espagnol et ses citoyens soient les grands perdants. 

Privilèges et exonérations
Parmi nombre d’exigences, LVS a demandé deux ans d’exonération du paiement de la sécurité sociale de ses employés, puis une réduction de 50% sur le montant de cette dernière, pour les 3 années suivantes. LVS a aussi exigé 10 ans d’exhonération sur l’impôt immobilier, or l’impôt se calcule sur la surface du bien taxé (et elle est en l’occurence énorme). Autre exigence : entre 80% et 90% de ristourne pendant 10 ans concernant l’impôt municipal sur les constructions neuves et la même chose concernant l’impôt lié à la valorisation des terrains urbains. Quid de l’impôt sur les bénéfices ? A l’image de Google et d’Apple, l’entreprise pourrait facturer à travers ses filiales étrangères pour éviter la douloureuse… Il est encore tôt pour savoir les conditions exactes sous lesquelles LVS pourrait lancer le projet dans la région madrilène, mais on aura compris que monsieur Adelson bénéficiera d’un traitement bien distinct à celui réservé au reste de la population. 

Un modèle contesté
Certains craignent l’afflux de touristes à la recherche d’un encanaillage bon marché et facile, des débordements de vice, avec son corollaire de prostitution et de corruption. On craint aussi les facilités offertes pour le blanchiment d’argent sale. D’autres s’inquiètent sur le modèle de développement que propose LVS : des emplois non qualifiés, peu rémunérés, ultra flexibles. Mieux que rien, peut être. Mais comme rapporte le quotidien Elconfidencial.com, nombre de citoyens s’interrogent sur l’intérêt d’un tel effort de la part de l’administration, exprimant leur préférance de voir l’Etat défendre des projets à caractère industriel ou technologique. A la gauche de la gauche, on dénonce carrément « un modèle non-productif », « sans droit du travail » (Cayo Lara, dirigeant de Izquierda Unida). Chez les écologistes enfin, on s’inquiète de l’impact environnemental du projet.

Réactions à chaud
Même du côté de l’executif madrilène, on s’est réjouit de façon modérée ce week-end, exprimant une « satisfaction contenue » (Ana Isabel Mariño, Conseillère à la Gestion du Territoire et de l’Environnement). Les autorités ont souligné l’importance de cette décision dans le contexte de crise : un tiers du chômage régional serait absorbé par le projet, si les estimations de LVS sont tenues. Auparavant, le gouvernement avait indiqué qu’en aucune mesure ne serait modifiés ni la loi anti-tabac, ni l’accès des mineurs au jeu ni, enfin, les conditions d’embauche. A Barcelone, où depuis quelques temps l’intuition que l’Eurovegas ne verrait pas le jour en terre catalane, un projet de 6 parcs thématiques, Barcelona World, a été dévoilé ce week-end. Un regroupement a été organisé à Madrid samedi soir, pour protester contre l’obscurantisme avec lequel le projet a été mené à bien. Une centaine de personnes étaient présentes.

Antoine TESSON (www.lepetitjournal.com – Espagne) Lundi 10 septembre 2012

A relire :
EUROVEGAS – Madrid ou Barcelone ? Il faudra encore attendre deux mois
EUROVEGAS – Où en est on ?
EUROVEGAS – Quand Las Vegas débarque en Espagne
EUROVEGAS – De gros doutes sur la réalisation du projet à Barcelone
EUROVEGAS – Les prétendants se bousculent au portillon… Sheldon Adelson prend son temps

.
.
Source:
http://www.lepetitjournal.com/madrid/a-la-une-madrid/120997-eurovegas-20000-emplois-directs-a-madrid–faut-il-se-rejouir-.html
.

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez