- Expulsion massive à Notre-Dame-des-Landes contre les anti-aéroports

Posté par admin le 16 octobre 2012

 Reprise à but informatif

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

Expulsion massive à Notre-Dame-des-Landes contre les anti-aéroports

 

Par A. l’AFP

Publié le 16/10/2012

Plus de 500 gendarmes et CRS ainsi que deux hélicoptères et d’importants moyens techniques ont convergé mardi 16 octobre 2012 à l’aube sur la zone du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes pour en déloger 150 « squatters » opposants à l’aéroport.

Dans la nuit, à partir de 6H30, des convois de plusieurs dizaines de véhicules de gendarmerie ou de CRS ont convergé depuis Nantes et plusieurs hôtels alentour où logeaient les escadrons venus d’autres régions.

Sur place, dans plusieurs lieux occupés où la presse avait été conviée car l’opération avait été éventée depuis plusieurs jours, les anti-aéroports, anarchistes comme agriculteurs locaux, finissaient leur veillée d’arme en écoutant « radio klaxon », une radio pirate émettant sur la fréquence habituellement occupée par la radio d’autoroute du groupe Vinci, concessionnaire de l’aéroport.

Onze lieux sous contrôle - Le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, a indiqué en milieu de matinée que les onze lieux ciblés étaient sous contrôle. « On a eu quelques résistances, quelques personnes grimpées sur les toits, mais pas de procédures judiciaires, pas d’interpellation », a-t-il déclaré.

Les forces de l’ordre « resteront quelques jours car, si une nouvelle occupation illégale se produit, nous interviendrons immédiatement », a-t-il ajouté.

« Ces maisons vont être démolies, certaines dans les deux ou trois jours, d’autres d’ici une quinzaine de jours » en raison de présence d’amiante, a indiqué le préfet.

Sur les routes encore filtrées par des barrages de police en fin de matinée, de nombreux véhicules – de forces de l’ordre, d’opposants à l’aéroport, mais aussi des camions de déménagement venus vider les maisons – se croisaient. Plusieurs barricades d’opposants étaient encore en place sur des routes.

A la « Vache Rit », grange de regroupement historique des opposants à l’aéroport, plusieurs dizaines de voitures avaient convergé et les « squatters » expulsés étaient conviés par les agriculteurs de la zone à s’y regrouper.

Début des travaux fin 2012 - « C’est un gros coup médiatique. Demain, ça peut être nous. Donc, c’est pour ça qu’on soutient les personnes expulsées », expliquait sur place Sylvain Fresneau, opposant et agriculteur, lui même sous le coup d’une procédure d’expropriation.

Les travaux préparatoires à la construction de l’aéroport (défrichement, bilan archéologique, transfert d’espèces protégées, construction du barreau routier) doivent commencer fin 2012 – début 2013 pour un achèvement prévu en 2017, a précisé sur place le directeur du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes pour le groupe Vinci, Eric Delobel.

D’ici fin 2012, une nouvelle opération – de moindre ampleur – d’expulsion des derniers lieux d’occupation illégale aura eu lieu tandis que les habitants qui occupaient légalement leur maison – une vingtaine selon la préfecture – ne partiront qu’au terme des procédures d’expropriation dont ils font l’objet.

Ce projet d’aéroport à 30 km au nord de Nantes, destiné à remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique situé au sud de l’agglomération, a été validé par l’Etat et les collectivités locales socialistes.

« Une évacuation inutile pour une aéroport inutile », selon EELV

Pascal Durand, secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a qualifié mardi d’ »inutile pour un aéroport inutile » l’opération d’évacuation par les forces de l’ordre de maisons squattées par des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes.

« EELV déplore ce déploiement démesuré de forces de l’ordre, qui par ailleurs n’est justifié par aucune urgence, ni aucune nécessité », selon le numéro un du parti écologiste.

Selon lui, « il est prévisible que l’action reprendra sous d’autres formes, tant les militants et citoyens opposés à ce nouvel aéroport restent motivés ».

« Plutôt que d’utiliser la force, le gouvernement et le groupe Vinci devraient aller au bout de leurs obligations réglementaires, qui ne sont à ce stade pas remplies, entraînant par exemple à scandaleusement contourner la loi sur l’Eau », estime Pascal Durand.

EELV demande l’arrêt des expulsions et « réaffirme que l’aéroport de Notre-Dame des Landes, situé sur des terres agricoles, est pharaonique, dispendieux et inutile, à l’heure où les comptes publics sont dans une telle situation. Il ne doit pas voir le jour ».

Une importante opération d’évacuation par les forces de l’ordre de maisons squattées par des opposants à ce projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a eu lieu mardi matin.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, lorsqu’il était maire de Nantes et président de Nantes Métropoles, était un des principaux défenseurs du projet.

Ce projet d’aéroport à 30 km au nord de Nantes, destiné à remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique situé au sud de l’agglomération, a été validé par l’Etat et les collectivités locales socialistes, mais son utilité est contestée par de nombreuses associations.

Source:
http://www.lagazettedescommunes.com/134425/expulsion-massive-a-notre-dame-des-landes-contre-les-anti-aeroports/ 

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez