Aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Avis favorable aux travaux

Posté par admin le 27 octobre 2012

Reprise à but informatif (site Ouest France)

 

Nantes

Aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Avis favorable aux travaux

Faits de société samedi 27 octobre 2012
  • Il y a un an, des repérages archéologiques avaient eu lieu sur le tracé du futur accès routier. Les pelleteuses étaient « gardées » par les forces de l’ordre.

    Il y a un an, des repérages archéologiques avaient eu lieu sur le tracé du futur accès routier. Les pelleteuses étaient « gardées » par les forces de l’ordre.

    Ouest-France

La construction de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes respecte la loi sur l’eau. À condition de bien expertiser les mesures environnementales compensatoires. Premiers travaux en 2013.

 

Étape déterminante pour la réalisation de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Au regard de la loi sur l’eau, la commission d’enquête a rendu un« avis favorable » à la demande d’Aéroports du grand Ouest de réaliser les travaux, pour les accès routiers et pour la plateforme aéroportuaire.

 

Le préfet annonce qu’il prendra, « avant la fin de l’année », les arrêtés autorisant les premiers travaux préparatoires sur le terrain. Dès 2013. Il s’agit notamment du défrichement, des diagnostics archéologiques et des transferts des espèces protégées. Pour les gros travaux, dit de« terrassements généraux », créant des « dommages irréversibles »au site, ils débuteront en 2014. Car avant d’engager des grandes manœuvres, il convient qu’un conseil scientifique indépendant valide la méthode de calcul des compensations environnementales. C’est une des deux réserves posées par la commission d’enquête dans son avis favorable. « Nous sommes en train de constituer ce conseil d’experts. Son avis ne devrait pas être rendu avant l’automne 2013 », indique le préfet. Si besoin, les arrêtés préfectoraux autorisant les travaux seront alors amendés.

 

Une nouvelle méthode de compensation

 

La méthode retenue n’est pas basée sur une compensation à 200 % du nombre d’hectares de zones humides détruits. À l’échelle de ce projet d’aéroport, construit entièrement en zone humide, ce serait irréalisable. La méthode choisie se fonde sur la recréation, dans le même bassin-versant, de « fonctions écologiques équivalentes ». Un barème définit, par exemple, la valeur d’une mare, d’une plante… « C’est une méthode innovante et complexe, qui répond mieux aux enjeux et impacts sur l’écosystème, mais qui suppose donc cette garantie scientifique », explique Christian de Lavernée, le préfet. Europe Écologie – Les Verts, opposé au projet d’aéroport, conteste cette technique de compensation. Mais le préfet assure que « c’est une méthode conforme à la loi. On ne peut pas soupçonner l’État de truquer les choses pour faire aboutir un projet ».

 

Des terres à trouver

 

Les mesures compensatoires devront être mises en place avant l’ouverture de l’aéroport (fin 2017). Pour cela, Aéroports du grand Ouest dispose déjà de 400 ha. « Ça ne suffira pas », reconnaît Marc Jacquet, directeur départemental des territoires et de la mer. Pour trouver d’autres terres pouvant accueillir ces mesures environnementales, un protocole obligatoire « se finalise » avec la chambre d’agriculture. La commission d’enquête conditionne justement son avis favorable à la signature de ce protocole (c’est la deuxième réserve). Le principe : sur la base du volontariat, un agriculteur touchera une indemnité s’il accepte d’accueillir des mesures environnementales sur ses terres.

 

Lors de l’enquête publique, l’été dernier, les communes du secteur ont émis des avis défavorables sur les mesures environnementales jugées insuffisantes. Europe Écologie – Les Verts n’a jamais caché son intention d’attaquer en justice les futurs arrêtés préfectoraux autorisant les travaux.

 

Christophe JAUNET.

 

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez