- L’Euro 2016, un pari pour les majors du BTP

Posté par admin le 3 novembre 2012

 
Reprise à but informatif:

L’Euro 2016, un pari pour les majors du BTP

 

 

Par Jean-Yves Guerin Mis à jour le 02/05/2012 à 23:55 | publié le 02/05/2012 à 19:13 

La rénovation du Vélodrome s'effectue dans le stade où l'OM continue à jouer ses matchs.
La rénovation du Vélodrome s’effectue dans le stade où l’OM continue à jouer ses matchs.

Pour accueillir l’Euro 2016, la France a décidé de rajeunir ses stades de football. Les groupes de BTP qui construisent ces nouvelles enceintes seront chargés de les gérer. Un pari risqué, comme l’a découvert Vinci au Mans.

- L'Euro 2016, un pari pour les majors du BTP dans - Grands stades et autres arènes coeur-Finalement, le nouveau stade de Lille sera livré à l’heure. «Nous y jouerons mi-août notre premier match de la saison à domicile», affirme Michel Seydoux, le président du Losc qui évolue en Ligue 1. Mais, en coulisses, le bras de fer n’est pas terminé. Selon nos informations, Eiffage qui construit cette enceinte réclame une centaine de millions d’euros à son client, la communauté urbaine de Lille. En cause, les retards administratifs qui ont obligé le groupe de BTP à démultiplier les équipes pour tenir les délais.

Avec l’organisation de l’Euro 2016, la France a décidé de rajeunir son parc de stades. Quatre vont sortir de terre et quatre ou cinq autres vont être rénovés. Des opérations semées d’embûches. Surtout pour les groupes de BTP qui mènent souvent ces opérations sous forme de PPP (partenariat-public-privé). En clair, ils construisent ces enceintes avec leurs fonds propres et des concours bancaires puis se rémunèrent en les exploitant sur plus de trente ans. Vinci va gérer avec cette formule les nouveaux stades de Nice et Bordeaux ; Eiffage celui de Lille et Bouygues le Stade-Vélodrome de Marseille en pleine rénovation.

La course d’obstacles commence avec les innombrables recours devant la justice. Ils peuvent bloquer les projets car s’ils sont sérieux, les banques risquent de geler leur prêt. Un aléa pris très au sérieux compte tenu des précédents. À Valenciennes, le nouveau stade a été livré en juillet 2011 avec un an de retard. Les travaux avaient été interrompus plusieurs mois à cause d’une procédure judiciaire.

À Bordeaux, c’est le contrat de partenariat lui-même qui est contesté devant le tribunal administratif. «La procédure suit son cours mais ne nous empêche pas de poursuivre les études préalables à la construction qui devrait débuter dans quelques mois», explique Fadi Selwan, directeur du développement de Vinci Concessions. Le groupe maintient donc la livraison, en 2015.

Déconvenue pour Vinci au Mans

À Nice, il y a bien un recours contre le permis de construire. Mais les banques l’ont jugé sans réel danger. Elles financent donc le chantier qui avance à un bon rythme. Et le stade devrait être fini, comme convenu, à l’été 2013. Même optimisme pour respecter les délais à Marseille alors que la rénovation du Vélodrome s’effectue dans un stade où l’OM continue à jouer ses matchs. «Le gros œuvre est terminé et une tribune sur quatre est refaite», glisse Bruno Botella, en charge chez Bouygues de gérer cette concession. Résultat, le Vélodrome, dans sa nouvelle configuration, devrait être inauguré en juin 2014.

Une fois les travaux terminés, le plus dur commencera pour les groupes de BTP chargés d’exploiter ces enceintes. Car ce métier tout neuf peut réserver des surprises, comme l’a découvert Vinci, concessionnaire du stade du Mans, inauguré en janvier 2011. Cette enceinte de 25.000 places était configurée pour un club en Ligue 1, or l’équipe locale se traîne au fond du classement en Ligue 2. «Nous avons baissé significativement le loyer perçu pour les matchs du Mans FC et le club n’a pas apporté les 6 millions d’euros à la société concessionnaire comme cela était prévu», explique-t-on chez Le Mans Stadium, la société concessionnaires détenue par Vinci.

Les risques sont moins grands pour les stades construits dans de grandes agglomérations. Mais plusieurs points d’interrogation demeurent. Par exemple, pour rentabiliser leurs opérations, les groupes de BTP tablent tous sur des recettes liées à l’organisation de concerts et de spectacles en plus des matchs du club résident. Le stade de Lille parie sur 20 à 25 événements de ce genre. Le Vélodrome sur six. Reste à démontrer qu’il y a suffisamment de manifestations susceptibles de remplir un stade en région.

Enfin, tous escomptent dénicher un groupe prêt à verser cinq millions par an minimum pour donner son nom au stade. Mais, pour l’instant, personne n’a trouvé un mécène aussi généreux.

 

Source:
http://www.lefigaro.fr/sport-business/2012/05/02/20006-20120502ARTFIG00625-les-stades-de-l-euro-2016-un-pari-pour-les-majors-du-btp.php 

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez