- Notre-Dame de la discorde

Posté par admin le 12 novembre 2012


.
Reprise à but informatif:
.

12 Novembre 2012 | 04h00
Mis à jour | 07h00

Edito

-

Les opposants à la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes l’ont déjà baptisé «Ayraultport», du nom de l’ancien député-maire de Nantes et actuel locataire de Matignon. C’est sans doute faire beaucoup d’honneur au Premier ministre, qui est loin d’être le seul promoteur d’un projet porté depuis des décennies par les pouvoirs publics et les élus de gauche comme de droite.

Alors que les derniers obstacles juridiques étaient en passe d’être levés pour démarrer les travaux, François Hollande avait d’ailleurs considéré que l’opposition irréductible des écologistes d’EELV au nouvel aéroport desservant Nantes n’était pas de nature à remettre en question la nomination de Jean-Marc Ayrault, ni à nuire à son action à la tête du gouvernement. Or, c’est exactement l’inverse qui est en train de se produire avec une contestation s’amplifiant jusqu’à vouloir ériger la bataille en cours dans le bocage nantais au niveau très symbolique d’un «nouveau Larzac».

- Notre-Dame de la discorde dans - Aéroport Notre Dame Des Landes empty

Depuis les premières tentatives d’expulsion manu militari des squatters occupant les quelques fermes vouées à la destruction, la mobilisation et la polémique ne cessent de monter tant contre la répression policière que sur la pertinence du maintien du projet en des temps d’austérité ayant déjà conduit à ajourner d’autres grands travaux. Alors que le pape des «Indignés», Stéphane Hessel, «conjure» le Premier ministre de renoncer au projet, plusieurs milliers de manifestants et des dizaines de tracteurs occupaient samedi le centre de Rennes pour dire «non à l’Ayraultport».

Une sorte de répétition générale avant la «grande réoccupation» du site de Notre-Dame-des-Landes annoncée pour samedi prochain avec la venue, entre autres, de Jean-Luc Mélenchon et de Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat et proche de la ministre du Logement Cécile Duflot. Car si cette dernière se limite à rappeler un «désaccord connu» et à déplorer du bout des lèvres la «méthode» policière pour déloger les occupants de Notre-Dame-des-Landes, nombre de ses amis politiques en font un casus belli de nature à accélérer un départ inéluctable des écologistes du gouvernement.

Projet emblématique de ses mandats locaux, le futur aéroport de Nantes est désormais l’abcès de fixation principal des oppositions des écologistes et de la gauche de la gauche contre Jean-Marc Ayrault. Cette montée en puissance de la contestation contre «l’Ayraultport» tombe très mal au moment où François Hollande tente de reprendre la main dans l’opinion en tenant la première conférence de presse de son quinquennat.

Car sauf à renoncer en rase campagne sous les quolibets de la droite, on voit mal comment Jean-Marc Ayrault pourrait sortir indemne d’un dossier dont lui-même et le chef de l’État avaient minimisé le caractère explosif.

.
Source:
www.google.com/url?sa=X&q=http://www.charentelibre.fr/2012/11/12/notre-dame-de-la-discorde,1124114.php&ct=ga&cad=CAcQAhgBIAAoATAFOAVA2eCFhQVIAVAAWABiBWZyLUZS&cd=iCSzfH5BolA&usg=AFQjCNGGjbARqfW0IBy_QYQhgfGeJ0LXXQ
.
.
.

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez