- Partenariat public-privé: mariage contre nature?

Posté par admin le 15 novembre 2012

.

.

Reprise à but informatif:

.

 

 

 

Partenariat public-privé: mariage contre nature?

Le 15 novembre à 04h00 par Julien Prigent

  Inaugurée à la rentrée 2011, l'école Méningaud de Ruffec a été réalisée en partenariat public-privé. Ce sera aussi le cas du stade d'athlétisme d'Angoulême.   Photo archives Majid Bouzzit

Inaugurée à la rentrée 2011, l’école Méningaud de Ruffec a été réalisée en partenariat public-privé. Ce sera aussi le cas du stade d’athlétisme d’Angoulême. Photo archives Majid Bouzzit

uel est le point commun entre la ligne LGV Tours-Bordeaux, le futur grand stade de football de Bordeaux, celui d’athlétisme d’Angoulême et l’école Méningaud de Ruffec achevée il y a un peu plus d’un an? Tous ces chantiers ont fait l’objet d’un partenariat public-privé (PPP). Le principe: une collectivité publique fait appel à un prestataire privé qui finance et gère l’équipement. En contrepartie, le partenaire privé reçoit un paiement du partenaire public sous forme de loyers.

Ainsi, le constructeur jarnacais Vilquin a été choisi pour bâtir et entretenir le futur stade d’athlétisme d’Angoulême (1). La réalisation est estimée à 5,5 millions d’euros. Pour GrandAngoulême, la facture s’élèvera à 11 millions d’euros, une partie étant dédiée à l’entretien du site. GrandAngoulême bénéficiera de 2,1 millions d’euros de subventions, mais devra s’acquitter d’un loyer annuel de 440 000 euros durant vingt ans. Au bout de ces vingt ans, la collectivité deviendra propriétaire du stade que le constructeur s’engage à restituer en excellent état.

Aux yeux de Philippe Lavaud, c’est tout bénéfice pour la collectivité qui gagne ainsi du temps: pas besoin de passer par un appel d’offres. «On a gagné huit mois, estime le président de GrandAngoulême qui mesure les autres avantages de cette formule. On sait exactement combien cela va nous coûter, il n’y aura pas d’avenants au contrat.» La collectivité n’a pas non plus à emprunter les montants colossaux nécessaires à la réalisation des chantiers puisque le constructeur s’en charge. Tout comme il se chargera de la maîtrise d’ouvrage et du suivi du chantier.

Mais ce partenariat ne fait pas l’unanimité. Les trois élus du Front de gauche au conseil communautaire avaient voté contre. «Le PPP, c’est une privatisation rampante des équipements publics, dénonce la communiste Simone Fayaud. Au Front de gauche, nous sommes opposés à ce type de financement qui ôte la maîtrise d’ouvrage aux collectivités.»

Les opposants au PPP ne se cantonnent pas à la gauche de la gauche. Le socialiste Alain Rousset, président de la région Aquitaine, ou encore la centriste Corinne Lepage (Cap 21) ont publiquement pris position contre ce type de partenariat.

Le berceau de ces partenariats entre collectivités et entreprises, c’est le Royaume-Uni. Dans l’Hexagone, les premiers montages financiers de ce type ont vu le jour au milieu des années 2000. Cela s’est développé à vitesse grand V. Au point que la France est devenue le premier pays européen en la matière (2).

 

(1) La délibération sera présentée ce soir au conseil communautaire de GrandAngoulême.

(2) Le Figaro du 16 octobre 2011.

 

 

 

 

 

.

Source:

http://www.charentelibre.fr/2012/11/15/partenariat-public-prive-mariage-contre-nature,1124725.php

.

.

.

 

 

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez