- Notre Dame des Landes, une bataille pour le changement

Posté par admin le 1 décembre 2012

.

Notre Dame des Landes, une bataille pour le changement

01 décembre 2012 Par Jean-Luc GASNIER

 

La « commission du dialogue », annoncée pour apaiser les tensions à Notre Dame des Landes, s’est réunie pour la première fois vendredi 30 novembre, à Matignon. Cette commission*, selon les déclarations de Claude Chéreau, son président, n’a pas été mise en place pour réexaminer la pertinence du nouvel aéroport mais pour « écouter les gens qui voudront bien lui parler » qu’ils soient « opposants ou partisans » du projet. Dans le même temps, on réaffirme l’objectif final et la détermination du gouvernement : «Le Premier ministre réitère l’engagement du gouvernement à contribuer au développement économique et social du Grand Ouest, dont le projet de transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes est une composante ». Et les forces de l’ordre continuent, avec une violence totalement disproportionnée, d’interpeller des squatteurs et de faire le siège de la fameuse ZAD, une Zone à Défendre qui est envahie, selon les propos très apaisants et mesurés de Jean-Marc Ayrault, par « des anarcho-autonomes qui font de la casse à chaque sommet international ». La lettre de Stéphanie LEVEQUE, médecin, adressée au Préfet de Loire Atlantique , que l’on peut lire en cliquant sur le lien (ici), témoigne de la brutalité -que l’on peut presque qualifier de criminelle – des gendarmes mobiles lors des affrontements du WE dernier.

 

 D’après Manuel Valls, il n’y a d’ailleurs pas de condition au dialogue. On pourrait ainsi dialoguer sous les coups de matraques et enfumés par les gaz lacrymogènes . . . Le dialogue au Ministère de l’intérieur est évidemment conçu comme un instrument supplémentaire de manipulation, un calmant à usage unilatéral. De toutes façons, il ne faut pas laisser « le kyste » prendre de l’ampleur, il faut mener des opérations « chirurgicales », ces gens-là ne sont pas normaux !

Mais, officiellement, on souhaite désormais communiquer.  Dans les asiles psychiatriques, les infirmiers parlent avec les fous avant de leur passer la camisole de force.

La situation à Notre Dame des Landes  illustre l’incompréhension, la fracture grandissante entre deux mondes dont les préoccupations et les intérêts sont opposés : entre le monde des politiciens alliés à Vinci et le monde des simples citoyens qui entendent faire respecter leur choix de vie et leur environnement. Les paysans de Notre Dame des Landes n’ont pas la chance de produire une  AOC (appellation d’origine contrôlée), leur pays et leurs espaces naturels n’ont guère de valeur économique et ils sont donc méprisables pour des multinationales comme Vinci qui stérilisent peu à peu la planète sous une avalanche d’infrastructures de communication. Ils ne représentent pas non plus le monde agricole défendu par le puissant lobby de la FNSEA ( Pour Xavier Beulin, président de la FNSEA : « Notre Dame des Landes n’est pas notre combat »), ils représentent le monde du vivant qui doit effectivement apparaître dangereusement anarchique et autonome au monde minéral du bitume, de la technologie et des objets inutiles – petits et grands – privilégié par le gouvernement socialiste. A Notre Dame des Landes, il y a d’un côté des terriens menacés, concernés par le réchauffement climatique, et de l’autre le monde de la finance et des hommes politiques à courte vue qui semblent vivre sur une autre planète.

Notre Dame des Landes est désormais le symbole de tous ces grands projets inutiles et coûteux qui assèchent les finances publiques pour alimenter les comptes de grands groupes privés via les fameux PPP (Partenariat Public Privé).

Partout en France, pour empêcher la construction de l’aéroport de NDDL, des citoyens se mobilisent, des comités de soutien se constituent. On sent vraiment une volonté de résistance et une force commune se mettre en mouvement.

Ce qui se passe aujourd’hui autour de Notre Dame des Landes ne s’arrêtera pas aussi facilement, le gouvernement socialiste serait bien inspiré d’en prendre la mesure. La lutte pour le changement passe par Notre Dame des landes.

 * Cette commission est composée de trois membres : Claude Chéreau, président de la Commission des comptes de l’agriculture de la nation, en est le président ; il est assisté de Claude Brévan, architecte, et de Rouchdy Kbaier, membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable.

.
Source:
http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-luc-gasnier/011212/notre-dame-des-landes-une-bataille-pour-le-changement  
.
.

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez