- Notre-Dame-des-Landes. Le film « Au coeur de la lutte » décolle

Posté par admin le 21 janvier 2013

.
Reprise à but informatif:
.

Notre-Dame-des-Landes. Le film « Au coeur de la lutte » décolle…

21 janvier 2013 

    Avec 50.000 vues sur internet, le film militant «Notre-Dame- des-Landes. Au coeur de la lutte» fait le buzz. L’un de ses auteurs, Christophe Kergosien, est conseiller municipal à Tréduder.

    - Notre-Dame-des-Landes. Le film

     

    En décembre2011, Christophe Kergosien part comme ça, micro à la main, sans idées précises à Notre-Dame-des-Landes. «On connaissait le projet sur le plan technique mais pas les acteurs de cette lutte», se remémore cet élu de Tréduder. Son complice, Pierrick Morin, rencontré lorsqu’ils militaient encore chez les Verts, tient la caméra. Pendant toute une journée, les deux amateurs enregistrent des entretiens avec des opposants au projet d’aéroport. La plupart sont des agriculteurs menacés d’expulsion, les occupants de la Zad(Zone d’aménagement différé) ont refusé de témoigner. 

    «Du grand amateurisme» 

    On est en plein hiver, les journées sont courtes, les deux apprentis cinéastes n’ont pas d’éclairage et uniquement «un micro à poils». À 17 heures, il faut donc remballer le matériel et rentrer à la maison. Mais une fois les cinq heures de rush visionnées, les deux compères se sentent investis «d’une sacrée responsabilité». «On s’est dit qu’on devait respecter cette parole-là et qu’on pouvait peut-être monter un film du fait de la richesse des entretiens», explique Christophe Kergosien. Quelques compléments de tournage… Et les deux militants se lancent dans la fabrication d’un documentaire d’une heure dix. Ils découvrent l’utilisation du logiciel de montage en s’attelant à la tâche tous les soirs, après leur journée de travail. «C’était du grand amateurisme, sourit cet ancien journaliste. Je me souviens de la difficulté qu’on a eue pour filmer un avion sans faire de mouvement de caméra trop saccadé.» 

    Un outil de sensibilisation de la population 

    La musique de leur film s’offrira à eux par le plus grand des hasards. Dominique Loquais, «le chanteur du Larzac», enregistre un titre de soutien aux opposants au projet d’aéroport et en cède les droits aux deux réalisateurs pour leur vidéo. «On est allés filmer l’enregistrement à Redon. Tout se boutiquait bien», poursuit le coréalisateur. Si les deux écologistes ont déjà mis en ligne des interviews militantes sur le site internet «L’Agora de Bretagne», qu’ils ont créé, c’est la première fois que les deux compères s’attaquent à un projet d’une telle envergure. «Ça aurait pu être mieux, ça reste du travail d’amateur. Mais on voulait que ça sorte avant la grande manifestation de mars2012 à Nantes et avant l’élection présidentielle, remarque Christophe Kergosien. C’est un bon outil de sensibilisation de la population sur cette cause.» 

    50.000 vues 

    Le film «Notre-Dame-des-Landes. Au coeur de la lutte» a été vu environ 50.000 fois sur internet depuis sa mise en ligne, en mars2012. Une grande surprise pour ses auteurs. «Nous misions sur 10.000vues, mais les affrontements d’octobre et novembre derniers (entre occupants de la Zad et forces de l’ordre, NDLR) semblent avoir donné un second souffle au film», analyse son concepteur. Mille DVD vont être vendus pour aider au financement de la lutte: avocats et contre-expertises. Le film est projeté dans de nombreux festivals. «Il s’agrège souvent à des débats locaux», souligneChristophe Kergosien.

     

    Laisser le documentaire vivre sa vie 

    Mais ses parents souhaitent, maintenant, laisser le documentaire vivre sa vie et ne plus avoir à s’en occuper. Ils ne touchent aucun droit sur ce film et ont confié à l’Acipa (Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport) le soin de s’occuper de leur bébé et de le faire voyager. «Ça a été une belle rencontre avec les témoins de cette lutte. Ils se sont reconnus dans notre film et se le sont appropriés», observe le réalisateur amateur. Il salue l’engagement des agriculteurs menacés d’expropriation. «C’est extraordinaire qu’ils arrivent à dépasser leurs émotions pour construire une réflexion plus globale.» 

    Au-delà de la lutte contre le projet 

    Christophe Kergosien prédit une période d’accalmie dans le combat pendant l’hiver et reste persuadé que l’aéroport ne se fera pas. «Le jour où Jean-Marc Ayrault se retire, le projet tombe à l’eau. Il y aura une bonne raison pour l’abandonner, se rassure-t-il. Ayrault, Premier ministre, c’était le plus mauvais choix pour les porteurs du projet d’aéroport.» En effet, la contestation à Notre Dame-des-Landes semble avoir dépassé la simple lutte contre l’aéroport pour incarner toutes les déceptions envers le nouveau gouvernement. Christophe Kergosien, lui, est déjà parti vers d’autres horizons, avec son éternel allié, Pierrick Morin. Un film sur le football féminin et un portrait d’Herri Gourmelen, figure de l’UDB (Union démocratique bretonne) sont dans les cartons. 

    À voir également Le film de Jean-François Castell sur Dailymotion, «Notre-Dame-des-Landes, zone à défendre (Zad)».

    Le parcours de militant de Christophe Kergosien

     

    Christophe Kergosien, ancien adhérent des Verts, se dit déçu par l’organisation des partis, se sentant «plus sur la lignée d’un Cohn-Bendit, attaché à la liberté.» Le nom de Daniel Cohn-Bendit revient souvent dans la bouche du Trégorrois, il en admire l’insolence et la liberté de parole. Christophe Kergosien se réfère également à Montaigne et La Boétie, dit avoir de l’intérêt pour les autres et pour le débat d’idées. «Plus jeune, l’anarchie m’attirait, avoue-t-il. À 14 ans, j’ai déclaré à mon père, un ancien de la guerre d’Algérie, que je ne porterais jamais l’uniforme de l’Armée française.» Ce quadragénaire a grandi à Louannec au sein d’une famille qui vote à gauche, mais sans profondes convictions. «Le seul frémissement politique de mes parents a été le 10mai 1981, le jour de l’élection de Mitterrand. J’ai gagné un match de foot ce jour-là, mes parents s’en fichaient. J’ai été frustré», s’amuse l’élu de Tréduder. 

    Il tient à finir son mandat 

    Lui, prendra sa carte chez les Verts en 2004, séduit par une Dominique Voynet, qui ancre le mouvement à gauche. L’histoire durera à peine quatreans, puisqu’en 2008, à l’occasion des élections municipales, une scission se crée entre écologistes. Certains souhaitent une alliance avec le Parti socialiste, d’autres veulent présenter une liste autonome. Christophe Kergosien, favorable au rapprochement, quittera le parti écologiste et sera parmi les membres fondateurs de Bretagne Écologie. Lors des dernières élections régionales, cette association fera liste commune avec le PS, derrière Jean-Yves Le Drian. Celui-là même qui, une fois la région reconquise, accordera une subvention de 29M€ à la construction du futur aéroport Notre-Dame-des-Landes. «Bretagne Écologie a acté son désaccord, se défend Christophe Kergosien. C’est de la politique. C’est un élément unique et pas suffisant pour rompre un accord. Regardez les Verts actuellement au gouvernement.» C’est également lors de ces élections municipales de 2008 qu’il est élu au conseil municipal de Tréduder. Il a planché sur un projet d’éco-hameau, qui n’a malheureusement pas vu le jour et a réfléchi avec Nicolas Kerdraon, élu de saint-Michel-en-Grève, sur les outils économiques à mettre en oeuvre pour accompagner l’agriculture dans une lutte contre les algues vertes. Aujourd’hui, même s’iln’habite plus la commune, il tient à finir son mandat.

    .
    Source:
    http://www.letelegramme.com/chutier/notre-dame-des-landes-son-doc-decolle-21-01-2013-1977350.php 
    .
    .
    .

    2 Réponses à “- Notre-Dame-des-Landes. Le film « Au coeur de la lutte » décolle”

    1. riberon dit :

      refaire l’analyse précise par des indépendants
      sur le vieux aeroport et trouver de quoi l’agrandir si besoins
      et que les entreprises rammasse leur déchets après utilisation des site
      à défaut les faire payer c’est pas le cas aujourd’hui pour les hypermarché
      les maire sont fautifs.

    2. riberon dit :

      refaire l’analyse précise par des indépendants
      sur le vieux aeroport existant et trouver de quoi l’agrandir si besoins
      et que les entreprises rammasse leur déchets après utilisation des sites
      à défaut les faire payer c’est pas le cas aujourd’hui pour les hypermarché
      les maire sont fautifs.

    Répondre à riberon Annuler la réponse.

     

    lycroc |
    tanguyreve |
    foclermont |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
    | Love cougar - Pour les amou...
    | ccomvousvoulez