• Accueil
  • > - Vinci
  • > - DU CÔTÉ DE VINCI AUTOROUTES (A7). Une “hausse modérée” selon Vinci Autoroutes

- DU CÔTÉ DE VINCI AUTOROUTES (A7). Une “hausse modérée” selon Vinci Autoroutes

Posté par admin le 3 février 2013

.
Reprise à but informatif:
.

DU CÔTÉ DE VINCI AUTOROUTES (A7)Une “hausse modérée” selon Vinci Autoroutes

Sur les trois réseaux autoroutiers détenus par Vinci Autoroutes, on relève, une augmentation moyenne de 2,2  % pour les Autoroutes du Sud de la France (ASF, dont dépend une grande partie de l’A7), quand elle s’établissait à 2,4  % en 2012. Pour Cofiroute, la hausse est de 1,9  % (contre 2, 5 % en 2012). Enfin, pour le réseau Escota, la hausse est de 1,7  % (2,05 % en 2012). Ce qui fait dire à Vinci Autoroutes qu’il y a « modération de la hausse des péages autoroutiers en 2013 » avec 1,9  % en moyenne d’augmentation sur ses trois réseaux. Le concessionnaire ajoute que « cette évolution tarifaire est issue de la stricte application des contrats signés entre les sociétés d’autoroutes et l’État. Elle est établie sur la base de l’inflation à hauteur de 1,7 % (publiée le 14 novembre 2012) et prend en compte les investissements réalisés sur les réseaux ».

.
Source:
http://www.ledauphine.com/drome/2013/02/03/une-hausse-moderee-selon-vinci-autoroutes?signin=1 
.

.

Une Réponse à “- DU CÔTÉ DE VINCI AUTOROUTES (A7). Une “hausse modérée” selon Vinci Autoroutes”

  1. SUD ASF Brive dit :

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Nouvelle hausse des péages autoroutiers en 2013 :
    Le syndicat SUD ASF Brive tire la sonnette d’alarme

    Le 1er février a eu lieu la traditionnelle hausse du prix des péages. Sur l’ensemble du réseau Vinci Autoroutes, elle est de 1,9% en moyenne.
    Cependant, sur le réseau Autoroutes du Sud de la France (ASF), cette hausse est de 2,2%, soit 0,2% de plus que l’inflation moyenne en 2012.
    Et dire que Vinci Autoroutes qualifie cette hausse de modérée. Les Français-e-s apprécieront…

    Par son communiqué de presse du 25 janvier dernier, Vinci Autoroutes rejette la responsabilité de ces hausses sur l’Etat ; réflexe classique des grands groupes privés en France.
    Vinci Autoroutes brandit un argument imparable : l’Etat perçoit 39% de taxes sur les péages. Si l’on suit cet argument, cela veut dire que Vinci Autoroutes empoche donc 61% de cash sur ses péages. En période de crise, nombre de sociétés aimeraient avoir de telles rentrées d’argent…

    Vinci Autoroutes se plaint aussi de sa dette cumulée qui serait de 15 milliards d’euros mais le groupe oublie de dire que les ASF sont notées BB+ par Standard & Poor’s et Baa1 par Moody’s, avec perspective stable. Là encore, nombre de sociétés aimeraient avoir de telles notations…
    Si Vinci Autoroutes pense que les autoroutes sont une si mauvaise affaire, que le groupe demande à être (re)nationalisé. Tout le monde y trouvera son compte.

    Le syndicat SUD ASF Brive tire la sonnette d’alarme concernant cette nouvelle hausse du prix des péages. Trop, c’est trop !

    En effet, les automobilistes et plus particulièrement les professionnels de la route (routiers, commerciaux, etc…) désertent de plus en plus nos autoroutes. Certains de ces professionnels ont comme consigne de ne plus les emprunter.
    Les autoroutes sont chères, donc les clients les prennent moins, donc Vinci Autoroutes augmente ses tarifs, donc les clients les prennent moins, etc… C’est le serpent qui se mord la queue.

    De plus, les grandes constructions sont terminées et de nombreux tronçons sont depuis très longtemps amortis.
    Depuis la privatisation, Vinci Autoroutes a entamé une politique drastique de réduction des coûts en rognant sur les dépenses de sécurité, de matériels, d’entretien, etc… Quant à sa politique salariale, elle est basée sur de fortes incitations aux départs en jouant le pourrissement du dialogue social et la baisse organisée du pouvoir d’achat des salarié-e-s.

    Mais alors, où va l’argent engrangé par Vinci Autoroutes ? Tout simplement dans la poche des actionnaires, depuis la privatisation.

    L’image de notre entreprise est déplorable, tout comme sa politique, mais les salarié-e-s n’y sont pour rien. Celles-ci et ceux-ci font leur maximum pour satisfaire les clients, avec les moyens que la direction veut bien leur donner.
    Que les clients ne pensent pas que les salarié-e-s des ASF sont des privilégié-e-s ; il n’en est rien.

    Le syndicat SUD ASF Brive demande donc à nos clients de ne pas tenir rigueur aux agents autoroutiers mais de faire remonter leur mécontentement directement à la direction.

    Contact presse :
    Rodolphe Gaziello
    communications@sud-asf-brive.com
    Tél : 0664864129
    Retrouvez toutes les informations sur : http://www.sud-asf-brive.com

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez