- Aéroport. Autour de Notre-Dame-des-Landes, un invivable quotidien

Posté par admin le 9 février 2013

.

Reprise à but informatif:

.

 

 

 

 

Aéroport. Autour de Notre-Dame-des-Landes, un invivable quotidien

Faits de sociétédimanche 03 février 2013
  • - Aéroport. Autour de Notre-Dame-des-Landes, un invivable quotidien dans - Aéroport Notre Dame Des Landes 130203104446763_73_000_apx_470_

     

     

Ils ne témoignent pas à « visage découvert » car ils « vivent là », habitants la zone réservée pour l’aéroport et sa proximité, davantage exténués par la présence des squatteurs que celle des gendarmes.

 

« On n’en peut plus, vivement qu’on parte ! » La phrase revient sans cesse. Ces habitants ou proches voisins, de la zone réservée pour la construction d’un aéroport autour de Notre-dame-des-Landes, sont excédés, épuisés. Dimanche dernier pourtant, à la manifestation « des riverains » contre l’omniprésence de la gendarmerie, ils n’y étaient pas.

Alors, nous sommes allés les voir. Pour qu’ils parlent de leur vie quotidienne depuis le 16 octobre. Depuis que des escadrons militaires se relaient pour cerner un espace décrété « zone à défendre ». Quelque 1 600 ha, occupés par un nombre indéterminé de squatteurs, anarcho-autonomes, militants engagés dans une lutte internationale « contre le système ».

Ils en ont « plus qu’assez de tout ça », ces résidents aussi historiques que les opposants de la première heure. « Nous sommes nés ici »,disent-ils. L’aéroport, « nous n’en voulions pas ». Mais ils n’expriment qu’une hâte : « partir ! ». Pour cela, ils attendent le versement de l’indemnité d’expropriation. La contestation, d’accord, « mais pas avec ces méthodes ». Ils veulent bien causer, mais pas question d’être nommés, ni même situés.

Parmi ces témoins convaincants sur leurs motifs de discrétion, certains ne déménageront pas, ou pas tout de suite. Leurs maisons sont proches, mais en dehors, de la zone réservée. « On attend l’aéroport en activité pour estimer l’importance des nuisances. Seulement après, nous partirons, ou pas… »

 

C’est épuisant !

 

Ils racontent des anecdotes, des confrontations, des peurs, des angoisses et des colères, « mais pas question de les rapporter dans le journal, sinon on saura vite que c’est nous », insistent-ils. Ne pas exprimer son accord avec les actions menées, c’est « être dans le mauvais camp. C’est épuisant… »

Ne pas se plaindre non plus des méfaits perpétrés par les squatteurs,« sinon nous sommes menacés ». Pourtant, les évocations sont trop nombreuses pour en douter : congélateurs dévalisés, outillages volés, cuves de carburant siphonnées…

Les nuits ne sont plus silencieuses, hantées de « cris de ralliement ». Il s’agit, d’après ces habitants, « de ceux venus là pour se battre. Ils se rassemblent pour caillasser les gendarmes qui répliquent avec des grenades lacrymogènes ou assourdissantes ». Des projecteurs des deux camps balaient les façades, éclairent les chambres où l’on ne dort plus « que d’un œil ». Les enfants « ont peur ». Les fatigues engendrent des tensions dans ces familles sans réserve de patience : « ça épuise ! »

Dans les villages alentours, même dialogues dans les commerces notamment. « Ce n’est pas la majorité des occupants, mais il y a un groupuscule de gens agressifs. »

Personne n’en dit davantage s’il s’agit de témoigner « dans le journal car on les sent capables de tout ».

Mais on entend aussi des évocations de fusils chargés… Attention, il y a danger !

Jean-François MARIVAL.

 

 

 

.

Source:

 http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Aeroport.-Autour-de-Notre-Dame-des-Landes-un-invivable-quotidien_6346-2160141-fils-tous_filDMA.Htm

.

.

.

 

Laisser un commentaire

 

lycroc |
tanguyreve |
foclermont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | collectifeauequitablelille
| Love cougar - Pour les amou...
| ccomvousvoulez